Présentation de la ruche Warré

Lors des stages que je vous propose  vous pourrez voir plus concrètement toutes les subtilités qui font la différence entre la ruche Warré et les autres modèles, cependant voici une brève introduction.

La ruche Warré a été imaginé par l'abbé Emile Warré (1867 - 1951) qui après étude et comparaison de nombreux modèles a inventé cette ruche dans un format plus petit que la moyenne.

agrandissement par le bas

La ruche Warré a plusieurs particularités :

 

  • C'est une ruche divisible, c'est à dire qu'elle est composée d'éléments de mêmes dimensions, ce qui en permet une gestion plus aisée. Il n'y a pas de corps ou de hausses mais des éléments identiques, ceci d'un point de vue pratique permet à l'apiculteur des agrandissements et des divisions simplifiées. Elle est de petite dimension comparée aux autres ruches, se rapprochant ainsi, si on le souhaite, du volume d'une cavité naturelle telle qu'elle serait choisie par les abeilles, à savoir deux éléments. 
  • Les dimensions intérieures pour un élément : 30 cm de longueur et de largeur, 21 cm de hauteur. Un espace volontairement réduit pour éviter aux abeilles de développer beaucoup d'énergie afin de réchauffer l'habitat pendant l'hiver par exemple. Ce sont des dimensions souvent comparées au tronc creux d'un arbre. La largeur permet la construction de 8 rayons, selon les observations de l'abbé Warré, c'est le nombre de rayons construits par une colonie à l'état sauvage.

 

Ces particularités sont aujourd'hui les bases de l'apiculture dites "Warré" car chaque apiculteur ayant sa méthode et ses convictions, chacun y adapte ses préférences.

 

Pour ma part j'ai également conservé les principes suivants :

 

  • Une construction libre des cires, les abeilles ont des glandes cirières pourquoi leur placer des feuilles de cires gaufrées ? En effet, il faut en moyenne 7,5 kg de miel pour faire 1 kg de cire (cf.Jurgen Tautz), alors si l'on cherche la productivité le calcul est vite fait. Cependant les feuilles de cires gaufrées contiennent des additifs, sont parfois issues de ruches ayant contenu des traitements de lutte contre les varroas, de par leur odeur sont l'identité de la ruche.
  • Agrandissement de la ruche par le bas tant que la saison est trop froide. Lorsque l'on ouvre une ruche par le toit, on perturbe son équilibre fragile. Les abeilles conservent une température entre 35 et 37 °c au cœur de leur habitat pour un bon développement du couvain. Elles conservent également un taux d'humidité stable pour la conservation du miel (ce dernier est operculé  entre 16 et 18 % d'humidité) et également pour le bien être des larves. La chaleur comme chacun le sait monte, tout comme dans une maison, si on enlève le toit, la chaleur s'échappe. Il s'agit donc ici, à une période ou la température extérieure est parfois encore un peu fraîche (période de croissance de l'essaim) de donner plus de place aux abeilles en agrandissant par le bas et donc sans refroidir le couvain. On soulève l'élément dans lequel l'essaim est établi et on insère un élément neuf par le dessous. La colonie agrandira les rayons selon ses besoins.

Pour faire un stage d'apiculture naturelle et bienveillante, visitez l'école des abeilles

Plus d'informations

Qui cueille une fleur dérange une étoile. Francis Thomspon, poête anglais (1869-1907).

 

Copyright ©-La reproduction, même partielle, de tout texte, image ou photo présents sur ce site est interdite sans accord préalable. Les logos, marques et marques déposées sont la propriété de leurs détenteurs.

David Giroux, formateur pour une apiculture bienveillante.