Inscription newsletter et conseils apicoles

 apiculture et ruche warre en janvier

L'hiver et ses premieres victimes ? Le temps du bricolage pour l'apiculteur.

 
 

Janvier :  voici venu le temps d'un premier bilan de l'hivernage, Malheureusement peut-être celui des premières pertes ? Quelles conclusions pouvons-nous déjà tirer ? Et si de surcroît la neige venait a tomber ? Que faire ? Quelques belles journées froides et ensoleillées vont apparaître. Ce n'est pas encore  le signe du printemps pour nos abeilles, mais peut-être est-ce l'occasion pour l'apiculteur de faire un peu de bricolage ?

neige

1. Les abeilles victimes du froid.

Vos abeilles sont au cœur de l’hiver, elles ressentent désormais les températures les plus froides. Peut-être même que la neige a déjà recouvert leur toit. Les éléments météorologiques vont faire une sélection naturelle.

Comme vous l'expliquait l’article du mois de décembre, les colonies les moins populeuses ne pourront pas survivre car leur essaim n'aura pas une taille suffisante pour assurer une rotation efficace au cœur de la grappe. Il est donc probable que vous ayiez déjà perdu quelques ruchettes. Ne vous en voulez pas surtout si vous avez bien préparé l’hivernage car tout résulte de la reine, si elle était âgée de 3 ou 4 ans par exemple, il est fort probable qu’elle n’ait pas assez pondu d’abeilles d’hiver ni même d’été d’ailleurs. Il en résulte donc des réserves de miel insuffisantes et trop peu d’abeilles pour composer une grappe capable de s’auto-réchauffer.

Lors d'une belle journée et en cours d'après-midi si votre ruche est exposée au soleil, que vous trouvez des cadavres sur la planche d'envol et ne constatez aucune activité, alors cette ruche doit attirer votre attention, elle a peut-être succombé aux rigueurs de l'hiver.

Alors, quelle conclusion tirer ? Il faut hiverner des ruches fortes avec beaucoup d’abeilles et beaucoup de miel. Pour cela il faut une reine au top de ses capacités de ponte. Une question éthique se pose alors. Doit-on euthanasier la reine sur le déclin pendant la belle saison pour qu’une nouvelle prenne sa place et ainsi sauver au moins 10000 abeilles pendant l’hiver ? Doit-on laisser faire la colonie et prendre le risque de perdre sa ruche ? La sagesse répondrait : "laissez faire la nature".

Une autre solution est la réunion des ruches. Rassembler deux ruches faibles en espérant en obtenir une forte, dans tous les cas les abeilles seront plus nombreuses l’hiver et résisteront mieux. L’activité reprendra plus tôt, on pourra alors envisager une "division" de cette ruche une fois les beaux jours revenus. Pour effectuer une « réunion », on prend le corps de ruche de la colonie la plus faible, et on la superpose à l’autre en la séparant d’une feuille de papier journal. Pendant  que les abeilles rongent le papier, les odeurs et phéromones se mélangent. Ainsi les colonies perdront leur agressivité. Une des reines disparaîtra bien qu’une cohabitation ait parfois été constatée. L’apiculteur dans la plupart des cas n’est pas enclin à faire des réunions car dans une vision court-termiste il constate une réduction de son cheptel.

Les contradicteurs de la théorie de la réunion rétorquent que « deux faibles n’ont jamais fait un fort », reste donc à chacun de faire son expérience.

L’hiver c’est aussi cela pour l’apiculteur : réfléchir aux actions passées et tirer des conclusions sur son choix d’hivernage et son année d’exploitation car pour le moment rien ne peut être entrepris sauf contrôler les réserves lors des journées ensoleillées. Si vous devez ajouter du candi, placez-le directement sur les barrettes cette fois-ci, car lorsque les températures sont proches de zéro degré alors la reine a cessé de pondre, un refroidissement du couvain n’est plus à craindre. Attention tout de même à l'ouverture, cela dérange fortement vos abeilles qui se débattent contre le froid, donc préparez votre candi avant l’ouverture de la ruche (retrait du plastique sur un cercle de 10 cm de diamètre), placez le rapidement et refermez. Ne prenez pas le temps d’observer.

2. Le bricolage de l'apiculteur.

Profitez de l’hiver pour créer de nouvelles ruches. Pour ma part, l'hiver me permet de préparer de nouvelles ruches pour les futurs participants aux stages d'apiculture. Allez-y ,construisez, préparez ou réparez vos ruches car si vous souhaitez acheter auprès de votre fournisseur des essaims pour le mois d’avril, il faudra que vos ruches soient alors fin prêtes. Avril, en effet, est le mois pendant lequel les premiers essaimages auront lieu et il serait dommage de ne pas avoir de ruches à ce moment.

Pensez qu'il vous faudra également aménager les emplacements, en débroussaillant si nécessaire. Prévoyez des supports individuels pour chaque ruche. Pourquoi individuels ? Afin d' éviter la propagation des vibrations engendrées par vos interventions sur les ruches voisines. J’ai choisi des parpaings car j’ai beaucoup de ruches et il s’agit donc d’une économie d’échelle. Cependant, si vous n’avez que quelques ruches, il existe des supports plus esthétiques. 

Concernant votre rucher, en cas de neige pas d’inquiétude immédiate, l’air passe à travers. Cependant il est préférable de réagir rapidement, si la neige est devant la sortie et que le soleil la fait fondre partiellement, le soir venu celle-ci va geler et bloquer l’entrée. 

 

 Si vous deviez intervenir sur vos ruches et retirer le toit ce mois-ci, faites le uniquement par grand soleil et entre 14h00 et 16h00.

L’état de santé actuel de vos colonies perceptible lors des journées ensoleillées vous mènera à conclure que les conditions pour un bon hivernage sont :

  • Une ruche forte à l’automne donc populeuse, cela s’anticipe au cours de l’année par rapport à la croissance de la population (remplacement de la reine ou réunion à l’automne). Une ruche faible pendant la belle saison ne devient pas forte en automne
  • Avoir des ruches avec de bonnes réserves de miel et de pollen.
  • Sangler les ruches, prévoir une aération suffisante pour éviter l’humidité et une protection contre la neige.
  • Ne pas déranger pendant l’hiver sauf pour nourrir le cas échéant.

Comme expliqué au début de cet article, l’hiver est bien là et pourtant les jours rallongent déjà. Chaque jour, le soleil réchauffe un peu plus longtemps vos ruches et bien mieux que nous les abeilles le savent. D’ici la fin janvier jusqu'à la mi-février les reines vont reprendre leur ponte en plaine. En montagne , ce sera quatre à six semaines plus tard.

Au mois de février, nous verrons la gestion de la neige et le rôle du pollen de noisetier.

 

Pour en savoir plus sur les abeilles, vous pouvez vous inscrire à une journée de formation www.formationapiculturewarre.fr

 

 

David Giroux

 

 
 

 

 

Stages

stage apiculture naturelle

 

Pour perfectionner vos connaissances et en apprendre beaucoup plus sur les abeilles et sur la méthode de gestion d'une ruche, vous pouvez effectuer un stage d'apiculture naturelle en visitant ce lien.

 

Mois précédents

Décembre  : Quel est le comportement de l'essaim en hiver ? Comment se structure la grappe d'abeilles ?  Lire l'article 

Novembre  : Quelles fleurs trouvent encore les abeilles en novembre ? Que se passe-t-il dans la ruche Warré ? Que sont les abeilles d'hiver ? Quel est l'impact de l'alimentation pendant l'hiver ?  Lire l'article 

Mois suivants

Février  : Comment gérer la neige ? En savoir plus sur le pollen de  noisetier  Lire l'article

Mars  : La visite de printemps : quels sont les 3 points essentiels ? Lire l'article